Période de réalisation :

2014-2019

Partenaires terrain :

Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM)

Chambre d’agriculture

Chambres régionales d’agriculture des régions de Ségou, Koulikoro, Mopti et Sikasso

Union des producteurs de sésame de Banamba (UPSB)

Union des sociétés coopératives des producteurs de maïs de Diedougou (USCPMD)

Union locale des producteurs de céréales de Dioila (ULPC)

Union des sociétés coopératives de producteurs de sésame de Koulikoro

Union des coopératives de producteurs et transformateurs de céréales de Sikasso (UCPTC)

Société coopérative des maraîchers de Koutiala (US-CMK)

Union locale des sociétés coopératives de producteurs de maïs de Sikasso (ULSCPM)

Association Sabati des femmes de la commune Zantiebougou

Faso Jigi

Association des riziculteurs de la plaine aménagée de San-Ouest (ARPASO)

Union des sociétés coopératives de production, de commercialisation de céréales de Boidiè –DJEKABARA

Fédération des coopératives des producteurs de l’Office du Niger (FECOPON)

Union des producteurs du centre Faranfasi So de N’Debougou

Réseau des femmes de Konna

Union des producteurs locaux et transformateurs d’échalotes de Dourou

Union zonale des coopératives des producteurs et des transformateurs des produits maraîchers de Dologou

Description :

Le projet Feere Diyara « Que la commercialisation a été bonne! » s’inscrit dans la stratégie du gouvernement du Mali en matière de sécurité alimentaire. Il a pour objectif ultime de réduire le taux de pauvreté des producteurs céréaliers et maraîchers des régions de Ségou, Koulikoro, Mopti et Sikasso, en intégrant les dimensions de développement durable et équitable. La stratégie du projet s’articule autour de deux axes.

Le premier axe du projet consiste à renforcer les capacités de seize organisations de producteurs (coopératives et associations apparentées), dans l’une des quatre régions ciblées, en se concentrant sur l’amélioration des produits et services collectifs offerts aux membres et, ainsi, améliorer les conditions de commercialisation des excédents céréaliers et maraîchers des membres. Parmi les produits et services offerts aux membres, mentionnons :

  • Des intrants agricoles de qualité;
  • Des infrastructures de conservation et de stockage de qualité;
  • Des équipements de conditionnement et de transformation.

Le deuxième axe du projet vise, quant à lui, le renforcement des capacités des agents de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCAM), des Chambres régionales d’agriculture (CRA) et de huit prestataires de service. Ces derniers pourront ainsi, à leur tour, soutenir le développement des organisations de producteurs dans une perspective de pérennité dépassant la durée du projet.

Le projet est réalisé par l’Alliance agricole internationale, sous le leadership de SOCODEVI. Quant à UPA Développement international (UPA DI), elle est impliquée dans le développement du service de commercialisation et dans la formation.

Résultats :

  • Grâce aux formations et aux appuis-conseils livrés par le projet, quinze des seize organisations de producteurs appliquent désormais leurs statuts et règlements de manière satisfaisante.
  • De nombreuses organisations de producteurs ont augmenté les volumes de produits commercialisés. Bien que les activités de collecte et de commercialisation étaient encore en cours au 31 mars 2016, c’est un total de 8 474 tonnes qui ont été commercialisées cette année par les organisations, comparativement à 6 044,5 tonnes l’année précédente.
  • Toutes les organisations de producteurs (ou groupements de base) mènent des activités économiques dans lesquelles les femmes sont impliquées. Dix d’entre elles offrent des activités économiques aux femmes, et ces dernières ont le contrôle sur ces activités.
  • Toutes les organisations de producteurs participantes ont élaboré des plans de développement. Tous ces plans intègrent certains éléments ayant trait à l’environnement.
  • Dans toutes les organisations de producteurs, des comités environnement ont été mis en place et seront responsables d’élaborer une stratégie environnement au courant de l’année 2016-2017.
  • Les capacités organisationnelles des coopératives et associations apparentées (CAA) mixtes ont pris en compte les besoins et intérêts spécifiques des femmes en leur sein et ont développé des services et des mesures adaptées. Cela s’est traduit par :
  • Une augmentation du nombre de femmes siégeant aux instances des organisations de producteurs mixtes, le pourcentage de femmes étant passé de 14 % à 21 %.
  • Une amélioration du nombre de femmes participant aux assemblées générales des organisations.
  • Une augmentation du membership féminin des 14 organisations mixtes participantes, le nombre total de femmes membres étant passé de 10 253 à 12 381.

Partenaire d’intervention :

Alliance agricole internationale

Financement :

Affaires mondiales Canada (anciennement l’Agence canadienne de développement international)

Axes d’intervention :

Développement des organisations professionnelles agricoles

Commercialisation collective des produits agricoles et autres services aux membres

Album photos: