Partenaire terrain :

Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM)

Période de réalisation :

2012 à 2015

 Description :

Cette intervention visait à structurer au sein de l’UGCPA/BM la commercialisation de la semence certifiée de maïs, de sorgho et de niébé produite par membres de l’organisation. La qualité de la semence est le facteur le plus important pour assurer de bons rendements agricoles. Or, les semences certifiées sont sous-utilisées par les producteurs de maïs, de sorgho et de niébé du Burkina Faso. Ceci est attribuable à leur coût élevé, aux difficultés d’accès pour les paysans ainsi qu’à certains facteurs socioculturels.

Des membres de l’UGCPA/BM produisent des semences certifiées depuis 2002. Mais la production de la semence en tant que service aux membres de l’UGCPA a véritablement démarré en 2008/2009 avec l’appui des partenaires suivants : McNigth, la Fondation FARM, le programme Food Facility de l’UE et Hope.

Les coûts de production des semences sont plus élevés et l’itinéraire technique plus complexe que lorsque l’on produit des céréales ou du niébé pour le marché de consommation humaine. Malheureusement, au moment de démarrer le projet, seulement 15 % des semences produites par l’UGCPA étaient vendues au prix de la semence certifiée, l’excédent étant vendu sur le marché pour la consommation humaine. Cette mévente des semences certifiées est due en partie à la distribution gratuite des semences par l’État aux producteurs. L’État étant le plus gros acheteur de semences, il devenait urgent pour l’UGCPA de développer un partenariat avec celui-ci, directement ou à travers l’Union Régionale des semenciers, qui a la responsabilité de collecter les semences qui seront vendues à l’État.

Les principales activités réalisées dans le cadre de cette intervention sont :

  • État des lieux : caractérisation du marché et études technico-économiques pour arriver à établir des stratégies de vente, des plaidoyers, un plan d’action et une politique de gestion.
  • Activités de sensibilisation et d’éducation à l’intention des producteurs non utilisateurs de semences certifiées.
  • Identification et formation de 15 productrices semencières de niébé.
  • Développement des marchés et des partenariats en fonction du plan d’action
  • Représentation au niveau de l’État en vue d’une reconnaissance de l’UGCPA comme acteur important dans la stratégie nationale de développement durable du secteur semencier

 Résultats :

 L’UGCPA/BM est désormais reconnue au niveau national par les acteurs publics et privés comme un acteur stratégique dans la filière semencière et a développé des partenariats stratégiques avec le secteur de la recherche et les services habilités de l’État. L’Union a également participé à diverses activités de concertations sur la création de l’interprofession organisées par la Confédération paysanne du Faso (CPF) et l’Union des producteurs semenciers du Burkina Faso (UNPSB). Elle apporte notamment sa contribution dans les débats qui touchent les subventions des intrants, notamment des semences et des engrais, en lien avec la viabilisation des organisations paysannes.

Une prise de contact avec le Service national de semences (SNS) a été réalisée dans le but d’enregistrer l’UGCPA et ses producteurs semenciers en tant que vendeurs de semences. Ce processus d’accréditation est en marche.

Les capacités de 200 producteurs et 80 productrices ont été renforcées à propos des itinéraires techniques de production des céréales incluant l’utilisation de semences certifiées, les techniques d’utilisation des produits phytosanitaires homologués et les techniques de post-récolte. Une vidéo sur la capitalisation des bonnes pratiques agroenvironnementales a été réalisée en partenariat avec ACT et FARM.

Le service de commercialisation de semences de l’UGCPA est davantage utilisé par ses membres. Les activités de sensibilisation réalisées auprès de ces derniers ont permis à l’UGCPA/BM d’accroître de 5% le taux d’utilisation des semences certifiées par ses membres de 2014 à 2015. Ceci favorise l’augmentation des rendements et des volumes de production de maïs, de sorgho et de niébé, et par conséquent l’amélioration des revenus des membres utilisateurs.

La participation à diverses bourses régionales, nationales et journées promotionnelles, la réalisation d’émissions de radio ainsi que de nombreuses missions de prospection de marché ont résulté en la vente de plus de 35 000 kg de semences certifiées à des d’acheteurs institutionnels tels que le projet AD-10,le GRET, ACT, ainsi qu’aux producteurs membres et non membres de l’organisation.

Pour faciliter cette croissance, l’Union a accru ses capacités de stockage de semences certifiées et de commercialisation grâce à la construction de deux magasins de 150 tonnes chacun, d’un kiosque de vente ainsi que d’un hangar pour unité de calibrage de semences.

Elle dispose aussi enfin d’outils de gestion et d’analyse économique qui favorisent la rentabilité et la fiabilité de son service semencier.

Pendant la campagne 2014-2015, un total de 802 femmes ont produit le niébé à partir de semences certifiées. D’ailleurs, 43 groupements féminins de l’UGCPA/BM sont désormais impliqués dans le réseau de ventes de semences certifiées.

Partenaires d’intervention

AgriCord

Fonds international de développement agricole (FIDA)

La Fondation Jules et Paul-Émile Léger (L’ ŒUVRE LÉGER)

Fonds international pour le développement agricole (FIDA)

Financement :

Union européenne, via AgriCord

Axes d’intervention :

Production agricole et environnement

Commercialisation collective des produits agricoles et autres services aux membres

Album photos: