Partenaires :

Plate-forme Nationale des Organisations paysannes et de Producteurs agricoles du Bénin (PNOPPA Bénin

Groupement des exploitants agricoles du Bénin (GEA-Bénin)

Fédération des unions de producteurs du Bénin (FUPRO-BÉNIN)

Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP)

Période de réalisation :

2016-2021

Description :

La réduction de la pauvreté rurale au Bénin passe par une croissance économique durable et inclusive, pour les femmes, les jeunes et les populations vulnérables. Cette croissance implique d’une part un accroissement durable et rentable de la production agricole au niveau des exploitations familiales. D’autre part, elle requiert un environnement externe favorisant l’investissement, l’innovation, la résilience climatique, l’inclusion et la croissance économique durable. Autrement dit, il est nécessaire de travailler à la fois aux niveaux local, régional et national, comme le fait le Projet d’appui à la structuration d’une agriculture familiale rentable, équitable, durable (PASAFRED).

La première composante du PASAFRED appuie l’État béninois et les organisations de producteurs agricoles (OPA) afin de renforcer leur capacité à travailler en synergie de manière à mettre en place un environnement économique favorisant l’investissement, l’innovation, la résilience climatique, l’inclusion et la croissance économique dans les milieux ruraux.

Dans le cadre de cette première composante, des leaders des communautés, incluant des femmes, s’engagent dans un processus participatif d’évaluation des besoins de renforcement nécessaires afin de leur permettre de contribuer efficacement à la croissance inclusive et à la résilience climatique. Leurs capacités sont aussi renforcées pour leur permettre de porter les préoccupations des membres des OPA, particulièrement des femmes, auprès des instances de leur OPA, des autorités gouvernementales et des autres acteurs du secteur agricole.

Toujours dans le cadre de la même composante, des rencontres de concertation et des ateliers nationaux pour les acteurs du secteur agricole sont organisés. Le fruit de cette concertation, combiné à un appui technique international, permettra de définir et mettre en œuvre des mesures structurantes pour l’agriculture familiale du Bénin. Enfin, un modèle de gestion du changement sera élaboré permettant l’amélioration continue de l’environnement porteur.

La deuxième composante du projet vise à ce que les exploitants agricoles, particulièrement les femmes, accroissent de manière durable la rentabilité de leur entreprise agricole et leur résilience face aux changements climatiques. Cette composante est basée sur l’approche Les Savoirs des gens de la terre (LSGT), développée par UPA DI et expérimentée depuis 2004 au Sénégal, au Bénin et en Haïti. LSGT permet de renforcer les capacités des OPA ainsi que celles de leurs membres en vue d’assurer le développement durable d’une agriculture viable. En effet, l’expérience nous enseigne que la dynamisation des OPA passe non seulement par la formation de leurs leaders, mais également par la mobilisation des membres. Ce travail impliquant le développement des personnes et l’élaboration d’une vision commune est de longue haleine et s’accomplit dans un processus de réflexion, d’échanges, de formation, d’action, d’évaluation, de remise en question et d’engagement renouvelé. Il nécessite de soutenir la réalisation d’actions concrètes à la base pour permettre de développer la production et, ainsi, favoriser l’émergence d’une agriculture familiale contribuant à la croissance économique du pays à partir d’une production locale, efficace et rentable. Ces actions viseront l’augmentation de la production agricole individuelle, particulièrement des femmes, des jeunes et des populations vulnérables. Elles permettront aussi la mise en place de services collectifs à caractère économique visant à soutenir la production agricole et la mise en marché des produits. Tant au plan individuel qu’au plan collectif, les actions envisagées permettront d’adopter des pratiques respectueuses de l’environnement et d’améliorer la résilience des bénéficiaires face aux effets des changements climatiques.

L’approche LSGT compte cinq volets de base visant le renforcement des capacités de différents groupes cibles. Elle comprend également un volet sur la gestion administrative et financière d’une OP. Plusieurs modules de formation de ce volet, ciblant les élus et les cadres des organisations, visent à mettre en place un plan d’action pour rendre les organisations plus efficaces et transparentes dans la gestion des ressources. Un fonds d’équipement vient compléter ces modules, permettant l’acquisition de matériel utile comme des ordinateurs ou un logiciel de comptabilité.

Sous le leadership d’UPA DI, le PASAFRED permet de mettre à profit les compétences de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ainsi que de la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaire de l’Université Laval. Il bénéficiera à 988 000 personnes, dont 266 750 femmes et 464 360 enfants.

Partenaires d’intervention :

Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaire de l’Université Laval et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) — Bénin.

 Financement :

Affaires mondiales Canada (anciennement l’Agence canadienne de développement international)

UPA DI

Axes d’intervention :

Développement des organisations professionnelles agricoles

Production agricole et environnement

Commercialisation collective des produits agricoles et autres services aux membres

Dialogue sur les politiques agricoles